aller à la navigation

En Fouga mai 16 2017

Infos : , rétrolien

C’est mon grand-père qui m’a inoculé sa passion pour les avions de chasse. Lorsque j’étais enfant, déjà, mes petits camarades étaient fascinés par les petites voitures. Ils en avaient des dizaines. Mais en ce qui me concernait, il n’y avait que les avions de combat. Je n’en avais que trois, mais ça me suffisait. Je ne sortais jamais sans eux. Et quand mes camarades proposaient de jouer avec leurs petites voitures, j’envoyais quelques missiles dans leur parc automobile et m’en allais retrouver mes chers avions. J’étais déjà très doué en rapports humains, à l’époque. :-) Je suis maintenant un peu plus sociable, mais cette dévotion-là m’accompagne toujours. C’est mon fiston qui joue aujourd’hui avec mes jouets. Il était donc inéluctable qu’un jour, je découvre ce qu’on ressent à bord d’un avion de chasse. Et c’est ce que j’ai fait il y a peu, avec un vol en avion de chasse. Ca faisait si longtemps que j’imaginais ce moment, j’étais à moitié convaincu que le vol serait une déception. Que j’allais descendre de l’appareil en me disant : « tout ça pour ça ? ». Mais la réalité a dépassé toutes mes attentes. Lorsque je suis descendu de l’appareil, j’avais l’impression d’avoir passé une heure dans un lave-linge. A pleine puissance. Même si j’ai rêvé de ce vol pendant des années, c’était encore mieux que tout ce que j’avais pu imaginer. Le facteur de charge était à la fois angoissant et ensorcelant. Il y a des moments où j’ai dû lutter pour ne pas céder à la panique. Cette expérience a été tellement extrême, tellement impossible à décrire qu’en fait, j’ai failli ne pas rédiger de billet sur cette expérience. Et il est clair que je serais incapable de vous décrire une telle expérience en détail. Pour décrire ce qu’on ressent au moment où on enfile son uniforme de vol. Lorsqu’on prend place dans le cockpit. Et lorsque, au premier break, on sent soudain son poids multiplié par cinq. Il n’y a aucun mot pour raconter une telle expérience. Mais il fallait au moins que je le signale. C’est dans des moments pareils qu’on comprend l’intérêt qu’il y a à travailler : cela permet de réaliser ses rêves d’enfant. Comme celui de voler sur un avion militaire. Plus d’information est disponible sur le site de l’organisateur de ce vol en Fouga Magister. Cliquez sur le lien.






Créer un Blog | Nouveaux blogs | Top Tags | 5 articles | blog Gratuit | Abus?